LA SANTE DE VOTRE CHIEN OU CHAT

3. juin, 2014

La vitamine A est une vitamine liposoluble comprenant trois complexes biologiquement actifs : le rétinol (le plus actif), le rétinal et l'acide rétinoïque. La vitamine A est dérivée de pigments jaunes et orange appelés caroténoïdes, synthétisés par les cellules végétales.
Certains légumes, comme les carottes et les courges, ainsi que les légumes vert foncé, contiennent de grandes quantités de caroténoïdes, surtout de la bêta-carotène, la forme la plus active et la plus abondante. Les aliments d'origine animale ne contiennent pas de caroténoïde, mais peuvent constituer une source directe de vitamine A.

Les aliments comme le lait, le jaune d'œuf et le foie (surtout les huiles de foie de poisson) sont particulièrement riches en vitamine A.
- La plupart des animaux peuvent convertir, dans leur paroi intestinale, les précurseurs de la vitamine A, comme les caroténoïdes, en vitamine A active. (Toutefois, les chats sont dépourvus de l'enzyme qui convertit les caroténoïdes en vitamine A, ou en accusent une carence. Pour cette raison, ils ont besoin de vitamine A préformée dans leurs aliments, généralement à partir des huiles de foie de poisson et du foie des animaux.)
- La vitamine A joue certains rôles essentiels pour les fonctions du corps, notamment la vue, la santé des tissus, la croissance des os et des dents, et la reproduction. Dans la rétine, la vitamine A contribue à la formation d'un pigment photosensible qui permet aux yeux de s'adapter aux variations d'intensité lumineuse. La vitamine A est essentielle à la formation et au maintien des cellules, surtout des cellules de la peau et des muqueuses respiratoires et gastro-intestinales. Elle participe à la formation du cartilage et on croit qu'elle joue un rôle dans le maintien des membranes cellulaires et de la division cellulaire. Elle semble aussi essentielle à la formation du sperme chez les mâles et au cycle normal des chaleurs chez les femelles.
Contrairement aux vitamines solubles dans l'eau, que le corps ne peut pas emmagasiner en grande quantité, l'excédent de vitamine A est emmagasiné, surtout dans le foie. C'est pour cette raison que la vitamine A présente davantage de risques d'intoxication et que les carences sont plus lentes à se manifester que dans le cas des vitamines solubles dans l'eau.
- La carence en vitamine A est rare chez les chiens et les chats. Quand elle survient, la vue peut être touchée, ce qui cause une sensibilité accrue aux variations d'intensité lumineuse. Il peut s'ensuivre une cécité nocturne.
Chez les jeunes animaux en pleine croissance, une carence en vitamine A causera une croissance osseuse anormale et des désordres du système nerveux. Chez les animaux adultes, une carence compromettra la reproduction, la vue et le fonctionnement normal des cellules tissulaires. Les signes cliniques peuvent comprendre la perte de l'appétit, des affections oculaires, des tremblements, des problèmes de la peau et de multiples désordres des poumons, des glandes salivaires et des testicules.
- L'intoxication à la vitamine A est rare chez les animaux puisque le précurseur de la vitamine A, la bêta-carotène, n'est pas toxique. Toutefois, elle peut survenir chez les chats qui mangent exclusivement du foie ou d'autres abats crus.
Une consommation excessive de vitamine A peut entraîner la calcification du squelette. (Chez les chats, il peut s'ensuivre un désordre appelé "spondylose cervicale ankylosante", caractérisé par la formation d'excroissances osseuses sur les vertèbres cervicaux. Cette affection peut causer de la douleur, de la léthargie, de la réticence à bouger, et une boiterie persistante de l'un ou des deux membres antérieurs. 
L'ajout routinier et prolongé de foie aux aliments d'un chat, même s'il s'agit d'aliments commerciaux équilibrés, risque de causer des problèmes au squelette. Ainsi, l'administration excessive d'huile de foie de morue, riche en vitamine A et D, ou d'autres huiles de poisson, peut provoquer une intoxication combinée aux vitamines A et D.)
- La vitamine A joue un rôle dans la croissance normale et le développement des cellules de la peau. Chez les chiens et les chats, une carence ou un excès de vitamine A peuvent provoquer des maladies de la peau. Les signes cliniques comprennent la perte du poil et un poil terne, le dessèchement excessif et une tendance accrue à présenter des infections de la peau.
La vitamine A et les rétinoïdes (naturels et synthétiques) sont reconnus comme efficaces pour le traitement de certains troubles de la peau chez les chiens, comme la "dermatose sensible à la vitamine A", une affection rare caractérisée par une peau sèche et écailleuse, et qui n'est pas provoquée par une carence en vitamine A.

VITAMINE C

Les suppléments de vitamine C
La popularité des suppléments de vitamines et de minéraux en santé humaine et, particulièrement, celle des suppléments de vitamine C, est incontestable. Les propriétaires d'animaux de compagnie et les médecins vétérinaires continuent de s'interroger sur le besoin d'administrer des suppléments de vitamine C aux chiens et aux chats, et ce, malgré le fait que cette vitamine est produite naturellement par le foie de ces animaux. 
- La vitamine C, ou acide ascorbique, est essentielle à la formation du collagène, l'un des principaux composants des tissus ostéoïdes, dentaires et conjonctifs; le collagène est produit par les ostéoblastes au cours de la croissance squelettique. L'acide ascorbique est produit par le foie, à la suite de la transformation de l'un ou l'autre de deux sucres, le glucose ou le galactose. Les suppléments d'acide ascorbique sont inutiles à moins que le foie n'en produise pas une quantité suffisante ou que le besoin métabolique soit anormalement élevé.
On ajoute de l'acide ascorbique à certains aliments pour animaux de compagnie en raison de ses propriétés antioxydantes. Mais, comme il est soluble dans l'eau et difficile à combiner aux gras contenus dans les aliments, son action antioxydante est limitée. Néanmoins, c'est lorsqu'il est associé à d'autres antioxydants, comme la vitamine E et l'hydroxytoluène butylé, que l'acide ascorbique est connu pour agir en synergie avec ces derniers.
- La nécessité d'inclure un supplément de vitamine C dans les aliments pour chiens ou chats, surtout quand les besoins sont accrus, demeure discutable. Le stress augmente le besoin en vitamine C et de nombreux propriétaires d'animaux, éleveurs et médecins vétérinaires croient que les animaux angoissés ne produisent pas assez d'acide ascorbique pour faire face aux situations angoissantes. Cette croyance s'appuie probablement sur une étude menée auprès d'athlètes humains, qui démontrait que les taux d'ascorbate plasmatique diminuaient en période de stress. Mais plusieurs études contrôlées faites par la suite avec des athlètes humains ont démontré que les suppléments de vitamine C n'ont pas d'effet bénéfique sur la capacité physique. Pour l'instant, aucune étude ne confirme l'utilité pour les chiens de travail ou les chiens angoissés de recevoir un supplément de vitamine C.
- Un autre appui aux suppléments de vitamine C s'est manifesté sous la forme d'un rapport selon lequel l'ostéodystrophie hypertrophique, une maladie osseuse chez les jeunes chiens, pourrait être causée par une carence endogène en vitamine C, et qui reposait sur un autre rapport faisant état de similitudes entre les anomalies osseuses dans les cas d'ostéodystrophie hypertrophique et de scorbut (carence en vitamine C) chez les humains. D'autres données scientifiques ont prouvé que les deux affections étaient différentes et des études contrôlées sur l'efficacité des suppléments de vitamine C pour le traitement de l'ostéodystrophie hypertrophique n'ont pas confirmé que de faibles concentrations d'acide ascorbique étaient une cause de l'ostéodystrophie hypertrophique.
La relation entre la vitamine C et les troubles du développement squelettique a continué de susciter de l'intérêt et en est venue à inclure plusieurs autres désordres, notamment l'ostéochondrite disséquante et la dysplasie de la hanche. Des chiens en pleine croissance ont reçu des suppléments d'acide ascorbique afin de prévenir ces maladies. Néanmoins, rien ne prouve la valeur préventive de telles mesures. 
- Chez les humains, on croit que la vitamine C est, au mieux, bénéfique, au pire, inoffensive. Par contre, les suppléments d'acide ascorbique chez les chiens et les chats peuvent être néfastes dans certains cas, car la majorité du surplus d'acide ascorbique est excrété par les reins sous forme d'oxolate. Des concentrations élevées d'oxolate dans l'urine peuvent entraîner la formation de calculs oxaliques dans les voies urinaires. Pour cette raison, il est actuellement recommandé de ne pas donner de supplément de vitamine C afin de prévenir la formation de calculs oxaliques, ou calculs vésicaux.

VITAMINE E

La vitamine E a été découverte en 1922, quand on s'est rendu compte que les rates avaient besoin de vitamine E pour avoir une grossesse normale. La vitamine E est une vitamine naturelle liposoluble entreposée dans le foie et se trouve dans la plupart des tissus du corps. C'est un antioxydant puissant qui neutralise les molécules néfastes appelées " radicaux libres ", qui peuvent endommager les cellules. Elle a aussi des propriétés anti-inflammatoires : elle stimule le système immunitaire et aide les cellules à combattre l'infection. Le besoin de vitamine E dans l'alimentation dépend d'un certain nombre de facteurs, y compris des niveaux d'acides gras polyinsaturés et du sélénium, auxquels elle est étroitement liée. 
- Dans les aliments commerciaux pour animaux, la vitamine E sert à prévenir l'oxydation des acides gras, qui produit la rancidité. Elle neutralise les radicaux libres responsables de la rancidité. Mais ce processus diminue les réserves de vitamine E. Ainsi, une augmentation des acides gras dans le régime alimentaire, surtout des acides gras insaturés, exige une augmentation correspondante de la vitamine E et accroît les besoins en vitamine E d'un animal. Pour cette raison, des aliments mal préparés ou mal entreposés, ou auxquels on ajoute de grandes quantités d'acides gras insaturés, peuvent provoquer une carence en vitamine E.
- La carence en vitamine E, bien qu'elle soit rare chez les chiens et les chats, est facile à détecter. Chez les chiens, elle se manifeste par un affaiblissement du système immunitaire, une atrophie rétinienne, la dystrophie des muscles squelettiques, des problèmes testiculaires et l'absence de gestation. Les chats qui reçoivent trop peu de vitamine E et de grandes quantités d'acides gras insaturés risquent de souffrir de panstéatite ou "maladie de la graisse jaune".
- On a constaté que des suppléments de vitamine E ont eu des effets anti-inflammatoires dans le cas de certaines affections dermatologiques chez les chiens. On l'utilise, avec divers degrés de succès, pour le traitement de certaines maladies d'origine immunitaire, y compris la dermatomyosite, le lupus discoïde érythémateux, le pemphigus érythémateux et l'épidermolyse bulleuse.
On a constaté que les fortes doses de suppléments de vitamine E (de quatre à dix fois plus que l'apport quotidien normal chez un chien) ont été utiles pour le traitement de l'acanthosis nigricans chez les daschshunds, en réduisant l'inflammation, les croûtes et le prurit. Aucun effet toxique n'a été observé. En fait, on considère les doses élevées comme inoffensives chez les animaux, bien qu'un apport excessif puisse accroître le besoin de vitamines A et D.
- Des études ont démontré que la vitamine E utilisée seule n'est pas efficace pour le traitement du prurit et de l'inflammation chez les chiens souffrant d'affections allergiques. On a cru qu'une concentration réduite de vitamine E dans le sang était cause d'immunodépression menant à une démodécie, une infestation d'acariens chez les chiens dont le système immunitaire est déficient. On a rapporté que les chiens souffrant de démodécie ont connu une amélioration considérable de leur état lorsqu'on les a traités avec des suppléments de vitamine E. Toutefois, d'autres études n'ont pas permis de constater une amélioration marquée chez les chiens souffrant de démodécie, malgré l'administration de suppléments de vitamine E.
- La vitamine E joue un rôle dans la nutrition des chiens et des chats, tant pour la prévention de certaines maladies liées à des carences qu'en tant que traitement d'appoint de certaines affections dermatologiques. Combinée à la vitamine C, elle peut également jouer un rôle important comme antioxydant dans les aliments de fabrication commerciale pour les animaux de compagnie.

Texte reproduit avec l'autorisation de : 

Reproduction interdite sans autorisation de l'auteur


Réagissez à cet article

Les messages sont modérés a priori, ils ne seront visibles qu'après validation par notre équipe de modération (sous 24h) CHIEN.COM se réserve le droit de refuser tout commentaire susceptible de contrevenir à la loi, ainsi que tout commentaire hors-sujet, promotionnel ou insultant. Merci de ne pas utiliser le langage SMS.
ATTENTION : Le modérateur ne répond pas aux questions contenues dans les messages de cette rubrique.
Lorsque votre commentaire comporte une question, il faut la poser sur le Forum

Réagissez à cet article en donnant votre avis!

MAMA le 2011-02-02 a écrit :

"...Ce n'était pas difficile de trouver des éleveurs voulant coopérer à mon expérience. Il y en avait assez qui arrivaient à ma clinique, frustrés avec leur problème de dysplasie de hanches, auquel la certification OFA n'avait rien arrangé.

C'était mon intention de fortifier la femelle et les chiots nouveaux nés avec la vitamine C. J'espérais prévenir la dysplasie en formant du collagène plus fort. Le premier animal dans mon étude était une femelle Berger Allemande de deux ans avec des hanches "degré trois". Elle aura du être stérilisée, si on suivait les standards du "Seeing Eye Dog"-programme.

Elle a été accouplée et recevait tout de suite des doses quotidiennes de 2000 milligrammes d'ascorbate de soude et il n'y avait pas de problèmes. Elle passait une bonne gestation et accouchait plus vite que normal. Ceci est un des avantages de la vitamine C durant la gestation.

La chienne a produit huit chiots normaux, qui tout de suite recevaient 50 - 100 milligrammes de vitamine C liquide par jour. Quand les chiots étaient sevrés, le liquide a été remplacé par 500 milligrammes de vitamine C en poudre, jusqu'à l'âge de quatre mois, quand la dose a été mise à 1000 milligrammes et durant les prochains mois graduellement augmentée à 2000 milligrammes, pour la période de croissance.
Depuis ces débuts j'ai ajusté la quantité de vitamine C recommandée pour des chiots en croissance, surtout pour de jeunes animaux dans des situations de stress, comme l'entrainement ou le travail. Voir la charte pour des chiots sevrés dans le chapitre 13 pour des doses précises.
Cette première femelle Berger Allemande a été accouplée à trois différentes occasions et de ses trente chiots il n'y en avait pas un ayant la dysplasie des hanches.

Durant une période de cinq ans j'ai aussi surveillé deux autres femelles. Au total on a eu huit portées différentes, en supplémentant les mères et les petits avec de la vitamine C. Dans chacun des cas, un ou les deux parents étaient dysplasiques ou avaient déjà produit des chiots dysplasiques. Dans les huit portées il n'y avait pas un chiot avec la dysplasie, comme démontré avec des radiographies...."



SOURCE:
http://www.b-a-r-f.com/index.php?option=com_content&view=article&id=47&Itemid=173

maya le 2009-02-26 a écrit :

un grand merçi pour ces infos vs m'avez beaucoup aider dans ma recherche . en fin une petite critique : j'aurais aimé avoir l'effet de la vitamine A sur les autres éspéces animales a part les chats et les chiens. voila merçi encor une fois

 
Votre nom :    Email :    
Votre message : 


Inviter des amis à réagir à cet article ?
Entrez leurs emails, séparés par une virgule :
 
 
 
Image reCAPTCHA
 
     
  Nouveau test  
Test
 audio
Aide